Les satellites naturels des planètes

L'intérêt d'augmenter l'intervalle de temps pour lequel nous disposons d'observations, est de permettre notamment la quantification des effets de marée. Ces effets, dus aux transferts d'énergie entre satellite et planète, conduisent à des accélérations ou décélérations orbitales. Ces variations de mouvement génèrent des effets cumulatifs qui deviennent "facilement" détectable sur un siècle d'observations. Les plaques photographiques anciennes sont donc essentielles pour ces recherches.

   
 

Influence des marées sur la dynamique des satellites.

 

Les planètes

Les planètes sont des objets difficiles à observer directement, notamment de par leur luminosité apparente qui perturbe les images. Historiquement, les modèles dynamiques planétaires sont ajustés sur des positions astrométriques déduites de celles des satellites naturels. Nous avons d'ailleurs démontré que des observations anciennes, malheureusement imprécises et utilisées dans les ajustements, pouvaient biaiser les résultats (V. Robert et al. 2015, 2016). Une nouvelle réduction de plaques photographiques anciennes est donc essentielle pour corriger celles déjà utilisées, compléter et améliorer les modèles existants, permettre une meilleure estimation des éléments de composition internes.

     
  Le système de Jupiter (5 poses). Des étoiles Gaia sont disponibles autour du centre de la plaque.   Le système de Mars (3 poses) à travers un filtre métallique permettant la détection des satellites très proches de la planète.  
Préc. Suivant