Astrométrie dans l'ère Gaia

Dans le cadre des études dynamique à long terme, les observations anciennes sont d'autant plus intéressantes qu'elles sont indispensables à la modélisation d'événements transitoires ou au comportement périodique observable. Aussi, le premier objectif du projet NAROO est de réaliser une nouvelle réduction astrométrique d'observations anciennes (plaques astro-photographiques et CCD) en utilisant la seconde release du catalogue de référence Gaia-DR2 pour assurer la meilleure précision de mesure.

La figure ci-dessous montre la précision de positionnement des étoiles de référence Gaia. Un résultat important : les étoiles présentent sur les plus anciennes plaques, typiquement un siècle, auront une précision astrométrique de 1 mas, ce qui correspond à la précision contemporaine des catalogues d'étoiles précédents, et qui interdisent toute mesure passée au-delà des années 60.

   
 

Précision de positionnement Gaia - Crédits F. Mignard.

 

Intérêt d'une nouvelle analyse

La figure ci-dessous démontre l'intérêt d'une nouvelle réduction astrométrique d'observations anciennes. Le travail réalisé compare l'analyse d'observations de Saturne effectuée par D. Pascu (1994), et celle réalisée par V. Robert et al. (2016) après numérisation. Les droites RMS vs ΔV magnitude sont des indicateurs du déclin en précision de positionnement des satellites. Nous montrons une amélioration flagrante de la précision de positionnement après nouvelle analyse.

   
 

Précisions comparées sur plaques de Saturne (V. Robert et al. 2016).

 

Astéroïdes et comètes

Une nouvelle réduction astrométrique va s'avérer très utile pour les observations anciennes d'astéroïdes et comètes dont la précision était alors très faible.
Les principaux objectifs sont:
- analyse des plaques de Schmidt qui contiennent un grand nombre d'objets encore inconnus;
- les pré-découvertes de TNO, comètes et géocroiseurs NEA/NEO;
- augmenter l'inervalle de temps des observations de ces corps afin de quantifier les effets non-gravitationels.

   
 

Une plaque de Schmidt peut contenir des milliers d'objets,
dont de nombreux (petits) corps du Système Solaire.

 
Préc. Suivant